lundi 14 mai 2007

...mon ménage de printemps


Dehors tout est propre et neuf: les feuilles, le ciel, les pâquerettes... Chez moi c'est encore l'hiver, mais il suffit d'un rien.
Ça a démarré bêtement, j'ai renversé une grosse goutte de café sur la table -mettons une tasse. Machinalement , j'ai attrapé l'éponge et j'ai essuyé. J'allais la replacer sur l'évier quand j'ai aperçu une tache un peu plus loin. Puis une autre, et encore une autre.
Avant d'avoir pu me rendre compte de quoi que ce soit, j'avais nettoyé TOUTE la table.
Une frénésie de ménage venait de s'emparer de moi; c'est le printemps.
Après cette pauvre table qui n'en croyait pas ses carreaux, j'attaque le frigo. Inspection, dates de péremption, nettoyage par le vide. J'extirpe le bac à légumes pour le laver dans l'évier. La tablette du dessus résiste. J'essaie calmement en coulissant, puis en tapant. Rien à faire, elle est têtue . Tant pis pour elle. Je l'agresse sur son territoire au Scotch-Brite . Il ne faut pas , mais j'ai eu le dernier mot. Je laisse le frigo ouvert pour dégivrer . Comme j'ai oublié de placer un seau en dessous, j'inonde la cuisine . Je passe donc la serpillière. Y compris derrière le frigo ou se cachent les fils sournois chargés de tremper une heure avant de m'électrocuter sauvagement . Maintenant que la serpillière est sortie - le plus dur est fait - , j'envisage sérieusement de m'en servir. Le problème, c'est que je n'ai pas passé l'aspirateur. Or la serpillière sans aspirateur relève du cauchemar. Elle accroche tous les petits cheveux qu'elle croise sur sa route pour les transformer en magma gluant qu'il faut ramasser à 4 pattes, récupère dans sa manche, etc. Ace train autant briquer nos 95m2 à l'éponge. Je vais donc chercher l'aspirateur , qui est à sa place, au milieu du couloir.
Le cliquetis du fil suffit à réveiller le chien. La tête basse, il file se réfugier dans le salon. Ou je m'apprêtais à opérer: parfois, mon chien manque d'instinct. Du coin de l'oeil, il m'observe avec une lueur de méfiance teintée d'un immense respect. Il me vénère, moi la déesse sans peur capable de dresser la fureur d'un appareil vrombissant. J'en profite pour frimer.
Les lois de la navigation me contraignent à pousser une chaise, un pouf, un magazine, une tasse, un t-shirt, un bilboquet. Une minute de rangement ne serait pas superflue. La minute en question me prend à peine 2 heures et demie. J'ai voulu tasser le bilboquet dans mon placard-à-tout-ce-qui-traine. Là je suis tombée sur une super photo de moi à florence. Je l'ai donc remise à sa place, dans l'album. Que j'ai feuilleté pour vérifier que les autres photos aussi étaient à leur place . Après cette petite pause, je retourne vaillamment inventorier mon placard.
Je jette les boites d'allumettes ( je ne fume plus) , je réunis les briquets dans un cendrier ( on ne sait jamais ) . Je balance les bâtonnets d'encens achetés sur le marché bio de Pont-Saint-Esprit. Finalement, je m'empare d'un sac poubelle et je vide mon placard dedans. Puis je vide le sac poubelle pour récupérer les papiers de la voiture.
En chemin pour infliger le même sort à ma penderie, je scrute mes plinthes, qui m'apparaissent dans toute leur intolérable saleté. Direction bassine, javel , éponge; j'enfile les gants Mappa. Mon nez me chatouille. Je retire les gants, je me frotte le nez, je remets les gants, le nez me démange et ainsi de suite pendant un bon quart d'heure. Les circonstances de la vie m'ont d'ailleurs permis d'échafauder une théorie: le nerf du nez est relié aux mains. Dés que celles-ci se trouvent immobilisées, il s'énerve.
Je m'assieds là, à brosser mes plinthes et patouiller tranquillement la javel quand le caractère impromptu de mon ménage me revient subitement en mémoire. Prise par l'élan j'ai gardé mon pull Agnés b. Qui , contrairement aux idées reçues, supporte mal le lavage à la main . Dans ces conditions en tout cas. Mais je ne me laisse pas abattre et pars fébrilement à l'assaut de la poussière, des étagères, dernier coup d'aspirateur, serpillière, cire et tout le tralala, fin et gloire ruisselante: c'est chouette, un appartement tout propre. Je me demande si je n'en profiterais pas pour tout repeindre. Ou est mon autre pull Agnés b.?

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget

Articles les plus consultés